Les rédacteurs de Périégète sont aussi des conférenciers

Les auteurs des itinéraires Périégète proposent une série de conférences. N’hésitez pas à les contacter pour de plus amples renseignements.  » Nous contacter »

La Commune de Paris, une tragédie franco-française (18 mars-28 mai 1871)

4- Canons des fédérés sur la butte Montmartre.

La Commune de Paris est devenue avec le temps le symbole d’une mémoire sociale française qui s’est élevée au rang des sacrifices pour une société d’avenir. L’émotion est partout, derrière les milliers de victimes de la semaine sanglante et le triomphe d’un pouvoir bourgeois implacable incarné par Adolphe Thiers. Pourtant, l’histoire de la Commune de Paris n’est pas qu’un miroir des passions françaises mais une réalité tragique qui tient à une conjoncture de guerre et d’occupation prussienne, à une société française hostile à une nouvelle révolution jacobine (après 1830 et 1848) et surtout à un scenario où se mêlent colère sociale et grande diversité politique.

Cette conférence tente de renouer avec l’histoire d’un événement qui relève trop souvent du mythe politique et social ; elle nous entraîne dans l’atmosphère conflictuelle où se croisent dans un Paris en ruines, les partisans, les adversaires et les indifférents peu à peu emportés.

Par Frédéric Bidouze

Naples, 1266-1442, l’aventure angevine

Cette conférence revient sur une période méconnue du Moyen-âge occidental. Il s’agit de l’implantation de la dynastie capétienne en Italie par l’intermédiaire du frère du roi de France, Saint-Louis, Charles d’Anjou. En plus de deux siècles, la ville de Naples se dote de structures administratives, politiques, économiques et religieuses, assorties de monuments qui sont encore parmi les plus visités de la ville de Naples. On y croise des rois, des reines, on y démêle des intrigues de succession et on y révèle aussi les témoignages des plus grands artistes et poètes de l’époque comme Boccace, Pétrarque ou Giotto.

Par Fabienne Coudin

Le Sac de Rome, 6 mai 1527 « … Les Lansquenets ont fait courir le pape. »

Au matin du 6 mai 1527, les troupes impériales de Charles Quint commandées par Charles III de Bourbon envahissent Rome et commettent des violences inouïes durant des semaines. Pour une bonne partie des soldats, les fameux Lansquenets luthériens, Rome représente la Babylone de tous les vices et le pape Clément VII l’Antéchrist et la Ville Éternelle offre ses victimes innocentes et ses œuvres d’art à la folie des hommes.

Cette conférence revient sur l’un des épisodes les plus tragiques de la chrétienté en même temps qu’elle met l’accent sur les mutations autant politiques, religieuses et artistiquesqui se déroulent dans la Rome de la Renaissance. Expression de la bestialité humaine pour les uns et de rédemption pour les autres, le sac de Rome se décrypte aussi par la contemplation de ce que la ville offre encore aujourd’hui à ses visiteurs.

Par Fabienne Coudin et Frédéric Bidouze

La conjuration des Pazzi, Florence, 1478

Laurent de Médicis, dit le Magnifique, fut le maître incontesté de la République de Florence de 1469 à sa mort en 1492. On ignore souvent qu’il imposa une véritable tyrannie sur une cité qui depuis son grand-père, Côme l’Ancien, avait oublié l’humanisme civique de ses institutions nées au XIIe siècle. Le 26 avril 1478, une famille rivale des Médicis qui n’avait rien à lui envier, ni en richesse ni en influence, les Pazzi, tenta de renverser le gouvernement au nom des libertés de la ville. Cette conférence revient sur l’histoire de cette conjuration, son échec et sa répression inouïe, tout en décrivant une fresque haute en couleur de Florence à l’époque des Boticelli, Ange Politien et autres léonard de Vinci.

Par Fabienne Coudin et Frédéric Bidouze